Partenaires

Coordination

Le Centre d’écologie urbaine est en charge la coordination globale du projet. Son équipe assure le suivi général du cycle pilote, parallèlement elle garantit la recherche de fonds et la communication (vulgarisation des résultats à destination des citoyens et professionnels). Il assure le suivi général du cycle pilote et garantit la recherche de fonds et la communication (vulgariser les résultats à destination des citoyens).

Les responsables au sein du CEU pour ce projet sont Stephan Kampelmann, PhD et Simon De Muynck. Ces deux personnes ont plusieurs années d’expérience dans la gestion de projet dans les domaines scientifique et environnemental et sont assistées par les bénévoles du CEU dans la mise en place et l’entretien des sites d’expérimentation.

Partenaire principal 

Le partenaire principal du projet est le Laboratoire d’écologie végétale et Biogéochimie de l’Université Libre de Bruxelles :

Ecologie végétale et Biogéochimie
Responsable : Prof Pierre Meerts
pmeerts@ulb.ac.be
Tel +32-2-650.91.55 / 91.67
fax +32-2-650.91.70
Campus de la Plaine
Bâtiment BC, niveau C5
CP244,
Boulevard du Triomphe
1050 Bruxelles

Le Laboratoire d’Ecologie Végétale et Biogéochimie de l’ULB étudie le potentiel accumulant des plantes dites « hyper accumulatrices » (Noccaea (Thlaspi) caerulescens, Arabidopsis halleri), dont la production de biomasse est limitée mais dont l’accumulation des polluants, notamment certains métaux lourds, est plus importante. Ce laboratoire dispose également d’une expertise approfondie en matière d’analyse des sols. L’ensemble des tests qui précéderaient une expérience de phytoremédiation peuvent être réalisés par ce laboratoire.

Dans le cadre du cycle-pilote proposé dans ce projet, le Laboratoire d’écologie végétale est chargé de la mise en place du protocole d’expérimentation ainsi que du monitoring scientifique des expériences. Les personnes qui accompagnent le projet au sein du Laboratoire d’écologie végétale sont Nausicaa Noret, PhD et Thomas Drouet, PhD. Ces deux chercheurs ont publié des nombreux articles sur la phytoremédiation de sol et les études de sol dans des revues internationales et sont parfaitement familier avec la mise en place et le suivi d’un projet d’expérimentation.

Autres partenaires

Depuis le début du projet en 2012, l’équipe du Centre d’écologie urbaine a constitué un réseau de partenaires supplémentaires permettant la complémentarité des compétences scientifiques et de terrain.

Consultants scientifiques
Groupe de Recherche en Physiologie Végétale, UCL : Thomas Lambrechts.
Laboratoire de Toxicologie Environnementale, Gembloux : Bruno Campanella, Aricia Evlard, Jérôme Delcarte.
Institut de gestion de l’environnement et d’aménagement du territoire, ULB : Marie-Françoise Godart, Valérie Cawoy.

Les compétences scientifiques supplémentaires seront apportées par des chercheurs des différents laboratoires travaillant sur les techniques de phytoremédiation en Belgique francophone. Ces partenaires évalueront les résultats de la recherche effectués par le Laboratoire d’écologie végétale lors de la conférence programmée pour décembre 2013.

Le Groupe de Recherche en Physiologie Végétale a développé une compétence portant sur la phytoremédiation des métaux lourds (dans le sol et en milieu aquatique), notamment à travers des projets réalisés en Espagne. Le laboratoire dispose également d’une expertise pour ce qui concerne la phytoremédiation des contaminants organiques ; dans ce domaine, le laboratoire a collaboré avec l’entreprise Royal Haskoning dans le cadre de la dépollution d’une ancienne station-service en Wallonie.

Le Laboratoire de Toxicologie Environnementale de Gembloux Agro-Bio Tech mène des recherches sur la plantes accumulatrices à forte biomasse (maïs, moutarde indienne, tabac, saule, peuplier, colza, Miscanthus). Le laboratoire mène des projets-pilotes dans le Hainaut et étudie notamment la capacité accumulatrice du saule. L’intérêt pour des plantes à forte biomasse est complété par des recherches menées sur la valorisation des parties ligneuses des plantes (par exemple dans des filières de bioénergie, de la vannerie, de l’architecture végétale, etc.).

Enfin, l’Institut de gestion de l’environnement et d’aménagement du territoire (IGEAT) dispose d’une longue expérience concernant la gestion des projets scientifiques pluridisciplinaires dans le domaine environnemental. L’IGEAT est donc un partenaire précieux pour la gestion du réseau scientifique et du suivi scientifique général du projet. Par ailleurs, l’IGEAT est expert pour ce qui concerne l’étude des paysages : les processus d’intégration paysagère des expérimentations pourraient être explorés par l’Institut.

Soutien associatif
Le Début des Haricots a.s.b.l : Simon Moliner
Collectif des Racines et des Graines a.s.b.l : Laurent Trierweiler

Une collaboration étroite avec les différents types de jardins (collectifs, familiaux, individuels) présents sur le territoire bruxellois semble la voie la plus pertinente pour réaliser une première série d’expériences sur le terrain. En plus des contacts établis directement par le Centre d’écologie urbaine, les associations Le Début des Haricots et le Collectif des Racines et des Graines ont apporté une aide précieuse en relayant l’information déjà acquise à destination du réseau des potagers urbains en RBC.

 Soutien secteur privé
Marc Duchateau (Consultant en environnent chez Royal Haskoning)
Valentina Villoria (Consultante indépendante en environnement)
Fabian Féraux (Consultant en permaculture)

Le secteur privé est également inclus dans le projet. A ce titre, nous comptons sur la contribution de Marc Duchateau (consultant environnemental chez Royal Haskoning), qui a mené a bien un projet pilote et inédit de phytoremédiation d’un terrain de l’entreprise Total en Wallonie, dont les premiers résultats ont été prometteurs et dont les écueils pratiques ont été identifiés. Fabian Féraux, consultant dans les domaines du design et de la permaculture apportera son expertise en matière de conception et d’accompagnement des expériences de terrain. Valentina Villoria dispose d’une expérience professionnelle dans la gestion de projets de recherche portant sur l’environnement et soutiendra le projet en répondant à des appels à projet aux niveaux régional, national ou européen.

Soutien institutionnel
Institut bruxellois pour la gestion de l’environnement : Saïd El Fadili, Karin Hermanus

 Après une première rencontre en janvier 2013, le responsable de la sous-division sol de l’IBGE a marqué soin intérêt concernant les techniques de phytoremédiation et a assuré son soutien au Projet Tournesol.

Le soutien de l’IBGE prendra plusieurs formes : l’accès facilité aux données contenues dans l’Inventaire de l’état des sols en vue de compléter les informations portant sur la pollution des terrains spécifiques à Bruxelles; accès facilité à un ou plusieurs terrains en vue d’y installer une expérience de phytoremédiation ; financement ponctuel à travers le dispositif d’appel à projet associatif.