Retrouvez ici les interviews des intervenants du 19 février

Le Centre d’écologie urbaine reviendra également sur cette journée dans sa revue Gaïa Scienza #7 le 21 mars 2013, jour de l’équinoxe du printemps.

Thomas Lambrechts (UCL) a présenté les principales techniques de phytoremédiation utilisées à ce jour: phytostabilisation, phytoextraction ou rhyzofiltration. Il a également comparé son évolution en Belgique et dans le reste du monde et décrit les zones et terrains auxquels il fallait s’attaquer en priorité.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Marc Duchateau (société Royal Haskoning) a présenté un essai de phytorémédiation avec Total. Marc a insisté sur l’importance du “monitoring” – ou le suivi des plantes et de leurs effets – et sur les enseignements tirés de cette expérience végétale.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Nausicaa Noret (ULB, département d’écologie végétale et biogéochimie).  Elle nous a notamment parlé des plantes hyperaccumulatrices de métaux et de la période post-phytoremédiation, c’est-à-dire de la valorisation de la biomasse.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Aricia Evlard (Laboratoire de toxicologie environnementale de Gembloux). Elle a entre autres abordé la notion de stress métallique et de “bioremédiation”, c’est-à-dire de la dépollution par les bactéries et les champignons.

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Voir la galerie photo

Workshop phytoremédiation

Les défis de la phytoremédiation en région bruxelloise

19 février 2013, de 9h30 à 16h00
Centre d’écologie urbaine, Chaussée de Waterloo 789, 1180 Bruxelles

Des suites de son lourd développement industriel, la Région de Bruxelles-Capitale (RBC) regorge aujourd’hui de terrains dont le sol contient des hauts niveaux de polluants : en 2006, les surfaces potentiellement polluées recensées par l’inventaire de l’état du sol de l’IBGE représentaient environ 8 % du territoire régional. La seule commune de Bruxelles ville est confrontée à presque 500 hectares pollués ou potentiellement pollués. A l’heure où des nombreuses voix des milieux académiques, associatifs et politiques préconisent une transition écologique basée sur des solutions locales – relocalisation des activités de consommation et de production, agriculture urbaine, revalorisation de l’espace urbain, biodiversité en ville… – la pollution des sols représente un obstacle réel car elle empêche dans des nombreux cas la disponibilité des terrains en vue de la transition.

 En RBC, les polluants les plus fréquents sont les hydrocarbures et différents types de métaux lourds (plomb, zinc, cuivre, …). Leur présence menace l’environnement et empêche, par exemple, l’installation d’un jardin collectif cultivé en pleine terre. Les techniques conventionnelles utilisées pour la dépollution des sols sont très coûteuses et impliquent souvent une excavation pure et simple. Une approche novatrice et écologique existe : elle consiste en l’extraction ou la stabilisation par les plantes d’un large éventail de polluants dans les sols affectés. Cette technique – que l’on appelle la phytoremédiation – ouvre des possibilités uniques pour remédier à la contamination de ces sites tout en utilisant durablement la biomasse ainsi produite. Le Centre d’écologie urbaine commence ainsi à explorer cette potentialité de la phytoremédiation en RBC au travers d’un réseau d’experts, de professionnels et de citoyens engagés – un groupe que nous avons baptisé “l’opération Tournesol“. Au moyen de ce réseau, nous entendons explorer et promouvoir les techniques écologiques de dépollution des sols.

 Venez découvrir le 19 février 2013 au Centre d’écologie urbaine le potentiel qui réside dans le fait d’utiliser les plantes pour décontaminer nos sols et la pertinence de cette utilisation pour une large gamme d’acteurs (citoyens, entreprises, institutions). Il s’agit d’une rencontre pluridisciplinaire s’articulant autour des défis de la phytoremédiation en région bruxelloise. La journée vise à rassembler les chercheurs, citoyens, administrations et entrepreneurs intéressés par une approche alternative de dépollution de sol.

Programme workshop phytoremédiation 19 mars 2013

Programme

Accueil des participants 9H30

Introduction 10H00 – 10H20

Stephan Kampelmann (Centre d’écologie urbaine et DULBEA/ULB)

  • genèse de « l’opération tournesol »
  • quels acteurs ? quelle pollution ? quels terrains ?
  • présentation des questions abordées durant la journée

Le potentiel de la phytoremédiation en région bruxelloise 10H20 – 12H00

Thomas Lambrechts (Groupe de Recherche en Physiologie Végétale, UCL)

  • principes de base et état de la recherche scientifique
  • potentiels et limites de la phytoremédiation
  • quels seraient les terrains adéquats pour l’expérimentation en RBC ? Quel rôle pourrait jouer le Groupe de Recherche en Physiologie Végétale?

Nausicaa Noret (Laboratoire d’écologie végétale et Biogéochimie, ULB)

  • la phytoremédiation par les plantes hyperaccumulatrices
  • les différentes analyses de sols et leur prix (avec Thomas Drouet)
  • quels seraient les terrains adéquats pour l’expérimentation en RBC ?Quel rôle pourrait jouer le Laboratoire d’écologie végétale et Biogéochimie ?

Marc Duchateau (Royal Haskoning)

  • la phytoremédiation en pratique
  • étapes d’un projet réel
  • leçons pour une expérimentation en RBC
  • quels seraient les terrains adéquats pour l’expérimentation en RBC ?Quel rôle pourrait jouer le secteur privé ?

BUFFET VEGETARIEN 12H00 – 13H00

Valoriser la biomasse 13h00 – 13h30

Aricia Evlard (Laboratoire de Toxicologie Environnementale, Gembloux Agro-Bio Tech)

  • la phytoremédiation par les ligneux : état de l’art et projets en cours
  • Exploration des filières de valorisation et des plantes les plus valorisables
  • quels seraient les terrains adéquats pour l’expérimentation en RBC ?Quel rôle pourrait jouer Gembloux Agro-Bio Tech ?

PAUSE DE THE 13h30 – 13H45

COMMENT JOINDRE LE GESTE A LA PAROLE? 13h45 – 16h00

Débat structuré avec la participation du public. Les questions seront définies par les participants du workshop au cours de la matinée. Nous comptons notamment avec la présence de:

Simon Moliner (Le Début des Haricots)
Saïd El Fadili, Karin Hermanus (Bruxelles Environnement)
Julie Lenain (Agence Bruxellois de l’Emploi – Greentech)
Catherine Rousseau (Cabinet Huytebroeck)
Gilles Colinet (Laboratoire de Toxicologie Environnementale, Gembloux Agro-Bio Tech)

Inscription

Envoyez votre nom et prénom par e-mail à stephan@urban-ecology.be

Frais de participation : 10 euros (repas de midi inclus). Pour réserver définitivement votre place, merci de transférer les frais de participation avant le 15 février 2013 au compte suivant :

Centre d’écologie urbaine asbl.
IBAN : BE 10363102234404
BIC : BBRUBEBB
Avec en libellé : « Workshop phytorémédiation + votre prénom + votre nom »

Partenaires

  logo  logo_etopia